le jour d’hier

poétique de l’enfance

le jour d’hier nous immerge dans l’univers de l’enfance à travers des scènes photographiques tirées du quotidien. Ces séquences révèlent des histoires fugaces portées par l’imaginaire foisonnant de l’enfant et captées sur le vif.
La succession des séquences forme une histoire à la manière d’un film.
Sous l’apparence anodine de ces instants se révèle un univers féérique dans lequel l’enfant semble évoluer naturellement. Source de joie et d’émerveillement, sa magie discrète contamine parfois les adultes.

urgence de saisir l’instant

des scènes sur le vif

Ces instants sont fragiles et éphémères, leur apparition est toujours soudaine et inattendue. Il s’agit alors de les saisir avant qu’ils ne s’évanouissent, avec n’importe quel appareil photosensible disponible. Tout au long de ce travail qui a duré près de 20 ans, les appareils de prise de vue utilisés ont donc été variés.

capter l’émergence de l’histoire

Capter l’émergence de ces évènements singuliers tient du sensible, des sens. Il s’agit je crois de la reconnaissance sensitive d’une atmosphère famillière faisant écho à ma propre enfance. Ce changement d’état quand il survient crée une rupture dans le cours du quotidien et semble toucher mes propres cellules galvanisées par la magie qui opère. Même la matière de l’air semble transformée, c’est comme un changement de paradigme. Dans cet espace qui fait l’effet d’une bascule, je peux me fondre dans l’histoire pour en saisir l’essence.

terreau d’une vie

Durant l’enfance, les contours du réel sont poreux, ils laissent entrer la part singulière de l’intime et se colore de son imaginaire.

Cet imaginaire omniprésent s’exprime par le jeu et le goût de la rencontre. L’enfant est dans la vie, il vit au présent et chaque nouvelle sensation lui ouvre un espace d’exploration dans lequel les univers intérieur et extérieur s’entremêlent.

Ce temps de l’enfance fugace et vulnérable colore durablement la vie qui se poursuit. C’est le terreau dans lequel l’inconscient est plongé, induisant inexorablement nos choix d’adulte et notre parcours de vie.

extrait du recueil panchromatique

seuls les enfants nous montrent le chemin de notre propre fin

ils apprennent à marcher à parler
ils découvrent chaque matin une nouvelle pensée
qui les porte et les taraude jusqu’au lendemain

allants confiants
ils s’élèvent sans tarder

et nous et moi
que reste-t-il de nos journées
qu’ai-je rendu à la lumière

ma vie de détails de petits riens
d’amour et de colère d’espérance et de chagrins
rien de tangible

faut-il créer
alléger le poids de la douleur
se battre pour la terre
changer le plomb en or

et pourtant
l’or est déjà là
un astre dansant dans le creux de mes mains

l’élan gracile d’un enfant en joie

 

© 2024 nouk by RHYZOM | All rights reserved